Transhumances d’hier et d’aujourd’hui

Sénégal-Les territoires de l'élevage-Tranhumances d'hier et d'aujourd'hui-Évolution des transhumances depuis 1950

 

L’aménagement hydroagricole de la vallée du fleuve Sénégal et l’ouverture des forages dans le centre du Ferlo depuis le milieu du XXe siècle ont influencé la géographie du pastoralisme. Avant les forages, les troupeaux étaient conduits dans les campements de Dieri en saison des pluies, où l’on pratiquait également l’agriculture. En saison sèche, les Peuls se dirigeaient vers le lac de Guiers, le Waalo ou la vallée du Ferlo, pour exploiter les parcours de décrue et les points d’eau. Wolofs, Maures et Peuls vivaient soit de l’agriculture sous pluie soit de l’élevage, mais le plus souvent des deux. Les Mauritaniens venaient aussi dans le Waalo en saison sèche et repartaient vers le nord en saison des pluies. Avec la création des forages dans le Dieri puis les sécheresses et l’extension des aménagements hydroagricoles dans la vallée du fleuve Sénégal (barrage de Manantali en 1988), les mouvements vers le Waalo ont été petit à petit abandonnés.

L’ouverture des forages a aussi permis l’installation de campements au cœur du Kooya, devenu la réserve des six forages. S’en sont suivies une densification du cheptel et une surexploitation des parcours qui, en période de grande sécheresse, se sont révélées intenables. La sécheresse de 1972-1973 provoqua les premiers déplacements massifs vers le sud. De nombreux éleveurs se sont réfugiés dans le Bassin arachidier pour profiter des parcours post-récoltes. Ces contraintes transformèrent les familles peules en véritables nomades, abandonnant progressivement l’agriculture pour se recentrer sur un élevage devenu plus exigeant. La crainte de nouvelles sécheresses créa de nouvelles relations entre les éleveurs et les agriculteurs du Bassin arachidier et du Sud. On assiste ainsi à une translation progressive du pastoralisme du Nord vers le centre puis le Sud du pays.

Habitat transhumant autour de Dahra : forme traditionnelle, matériaux récupérés

Pour en savoir plus :

Diop A.T., Sy O., Ickowicz A., Touré I., 2003, « Politique d ’hydraulique et gestion de l ’espace et des ressources dans la région sylvopastorale du Sénégal », actes du colloque international Organisation spatiale et gestion des ressources et des territoires ruraux, Montpellier, France, 9 p.