Préface

En ville comme dans les campagnes, les Sénégalais témoignent, dans leurs modes de vie, d’un fort attachement à l’élevage qui a connu, ces dernières années, d’importantes mutations sur les plans micro, méso et macro-économiques.

La satisfaction des besoins des consommateurs et l’amélioration des conditions de vie des éleveurs se heurtent néanmoins à certaines difficultés. Les ressources pastorales sont menacées par l’irrégularité pluviométrique, l’extension de l’agriculture et des zones urbanisées.

L’internationalisation des marchés des produits animaux et la dépendance économique de l’élevage à l’énergie, en tant que facteur de production, exposent par ailleurs les consommateurs aux fluctuations des prix, comme l’a si bien illustré la crise pétrolière de 2008.

Les producteurs nationaux qui avaient là une forte opportunité d’en tirer parti, n’ont pu le faire, car la modernisation de leurs activités, phase indispensable de mise à niveau des élevages exige des mutations sur le long terme et un accompagnement de l’État. Ainsi, comme l’a récemment montré la crise du lait de 2008, la plupart des producteurs nationaux n’ont pu profiter de cette opportunité du fait de leurs faibles capacités productives.

La politique de soutien à l’élevage engagée par le Gouvernement sénégalais, inscrite en droite ligne de la Loi d’orientation agro-sylvo-pastorale de juin 2004, vise à répondre à ces enjeux de sécurisation et de modernisation des élevages, en assurant notamment l’accès et la mise en marché des produits animaux.

À cet effet, notre politique s’appuie sur l’importante somme de connaissances construite au fil des années par des chercheurs sénégalais et leurs partenaires étrangers. Une partie de ce vaste corpus est rassemblée dans cet atlas, qui lui donne ainsi une plus grande visibilité et le rend accessible aux acteurs du secteur de l’élevage, des producteurs aux intermédiaires, aux développeurs, aux organisations professionnelles en élevage et aux étudiants, qui sont les décideurs de demain, mais aussi au grand public.

En montrant la diversité de l’élevage au Sénégal, la variété de ses relations avec les territoires et les modalités de son intégration au marché, l’Atlas de l’élevage au Sénégal constitue, sans aucun doute, un outil très utile pour éclairer les débats et les choix politiques qui décideront de l’avenir de ce secteur si important pour le développement socioéconomique de notre pays.

Dr Oumou Khaïry Gueye Seck

Ministre de l’Élevage du Sénégal

Dakar, le 3 octobre 2010